<< L'économie est l'etude de l'humanité
dans l'entreprise quotidienne de la vie >>
( Frederick Engells )

Make your own free website on Tripod.com

La courbe de l'expérience est tangente à celle de la perfection .

Introduction


Avant son indépendance en 1804, la république d'Haïti fut l'une des colonies des plus riches des colonies de la France, grâce à sa vocation agricole.Après son indépendance en 1804, le pays demeura toujours un pays à vocation agricole. Mais le pays n'a jamais connu un moment de paix depuis cette indépendance. Cela crée évidemment un climat d'instabilité, qui fait courir les investisseurs étrangers. La monnaie du pays a littéralement dégringolé face au dollar des Etats-Unis, à cause d'une grosse masse monétaire en circulation, encourues par les autorités en place. Au lieu de trouver les vraies causes de leur problème, les Haïtiens préfèrent jeter le blâme sur les Américains qui ,selon moi, servent de << bouc émissaire >>, ils accusent les Américains de l'ingérence dans leurs politiques intérieures.

Depuis la situation économique ne s'est guère améliorée, l'État est incapable de gérer les entreprises publiques. Il est également impuissant devant le phénomène de la sous-traitance. Le pays produit à peine la moitié de ce qu'il consomme. Donc inutile de mentionner qu'on devrait importer l'autre partie de l'extérieur. Bref , le pays dépend nettement de l'aide de l'étranger . De plus , vers les années 70 le pays a abandonné les grandes cultures de rente: le coton et le sucre pour accéder au secteur industriel ,par conséquent le pays devrait faire à un problème de sous -alimentation aiguë.

Cependant l'espoir n'est pas fini pour le peuple haïtien .Depuis les dernières années le pays commence à sortir de sa situation économique critique , pour s'avancer vers la prospérité avec l'instauration de la démocratie en Haïti. Les autorités commencent à prendre leurs tâches au sérieux. Présentement de nombreuses reformes sont en cours: la privatisation, des reformes agraires, la decentralisation.Il faut mentionner que toutes ces reformes ont été imposées par la communauté internationale, qui veut intégrer Haïti dans leurs économies mondiales.

Dans ce projet nous allons analyser la situation économique haïtienne. Nous allons aussi analyser le phénomène de la sous-traitance , les réformes économiques en cours ,la conjoncture actuelle . Nous allons définir les termes peu connu du public employés dans ce projet. Et enfin nous allons proposer des solutions astucieux, au gouvernement haïtien ,pour les problèmes au quels le peuple haïtien a été confronté depuis bien longtemps.


Haïti dans un contexte de mondialisation

Dans le passé Haïti, resta l'écart des autres pays du monde , à cause d'une dictature qui dure depuis son indépendance. Inutile de mentionner que le pays souffrait économiquement aussi. Mais depuis les dernières décennies le pays s'est converti à la démocratie et maintenant les autres pays veulent l'intégrer dans leurs économies locales. Cette intégration peut prendre plusieurs formes : soit par l'imposition des reformes économiques , ou des aides bilatéraux ( des sommes d'argent versées d'un Etat directement à un Etat) ou multilatéraux ( aide fourni par les organismes a but non lucratif). Les reformes économiques peuvent prendre plusieurs formes elles aussi: la privatisation ,des reformes agraires , et la modernisation des institutions publiques. Ces termes seront étudiés plus tard dans ce projet.


L'aide internationale et Haïti:

L'aide en Haïti débuta dans les années 70 , à cet époque le peuple ne demanda pas comptes quant aux utilisations des fonds publics. Mais depuis l'accession du pays à la démocratie , le peuple commença à demander des comptes aux autorités en place. En fait, Les aides internationales font parti intégrante du décor naturel de l'économie haïtienne. En effet, l'aide a tellement a gagné d'importance qu'elle même devenue un sujet électorale. Bien souvent la pertinence d'un programme d'un gouvernement donné s'identifie souvent à sa capacité de recevoir ou de gérer l'aide de l'extérieur.

L'histoire de l'aide débuta dans le monde, après la deuxième guerre mondiale, et le seul bénéficiaire à l'époque était uniquement l'Europe. En effet, la BIRD( banque internationale de développement )avait été crée pour venir en aide,à travers le plan Marshall, aux pays d'Europe dévastés par la guerre.

L'aide va vraiment prendre tout son sens en Haïti, dans les années 70 , quand le fonds monétaire internationale (FMI) déboursa 236 million de dollars US, au Gouvernement Haitien pour l'irrigation des terres agricoles de la vallée de l'Artibonite. Mais peu après ,la dictature et le manque volonté pour la démocratie ,incitent la communauté internationale à réduire l'aide fourni aux autorités haïtiennes.

Cependant les aides bilatéraux et multilatéraux ont pratiquement triplés depuis le retour à l'ordre constitutionnel le dans pays. Les aides passent ainsi de 138,7 million de dollars à 534 million de dollars en 2 ans. De plus, le gouvernement haïtien a bénéficié d'une réduction de 67% de l'encours de sa dette bilatérale en mai 95 et des délais supplémentaires à sa date d'échéance sur le remboursement de la dette. Cependant beaucoup d'haïtiens se posent des questions quant aux l'utilisations de ces aides. Les économistes les plus téméraires réfutent carrément le principe de l'aide, en invoquant les côtés pervers de l'aide, les plus modérés l'acceptent mais en proposant d'améliorer le principe. Les économistes les plus intelligents posent des questions et essaient de trouver les réponses: Est-ce que se sont les donateurs ou les pays receveurs qui en profitent?

Une étude a été menée, par un groupe d'économistes haïtiens et Français , à ce propos. Pendant cette étude il a été remarqué que les pays comme la France et les États-unis ont profité plus de 300% ,dans certains cas, des aides fournis aux pays sous-développés , en raison des conditions qu'ils imposent à ces pays lors de la promesse de l'aide.

Pour terminer sur les aides fournis à Haïti par la communauté internationale , l'état haïtien doit comprendre que l'aide de l'extérieur ne peut pas se substituer à un mécanisme à long terme, l'état haïtien doit comprendre que ces aides ne peuvent se substituer à une vision à long terme qui ne peut être émise que par lui uniquement.

La sous -traitance et la main-d'oeuvre haïtienne:


On rencontre le phénomène de la sous-traitance en Haïti surtout dans le secteur industriel du pays. Le secteur industriel est le plus petit secteur du pays. Ce secteur représente environ 7% du PIB. Le phénomène de la sous-traitance est très répandu dans ce secteur. Le contraste est frappant et cela veut dire une chose très importante: c'est que tout le secteur industriel est contrôlé par des compagnies sous-traitantes . "Une compagnie sous- traitante est une compagnie qui s'installe dans un pays sous-développé en dépit de la main-d'oeuvre peu coûteux". Le secteur de la sous-traitance en Haïti, est un secteur en pleine expansion .En effet, depuis les dernières années , on remarque une forte augmentation des compagnies sous-traitantes dans le pays.

On trouve les compagnies sous-traitantes dans plusieurs sous-secteurs du secteur industriel en Haïti: textile, automobile, et même le secteur de l'informatique .

Cependant la sous-traitance a ses avantages et désavantages. Les avantages sont assez nombreuses, les compagnies sous-traitantes fournissent beaucoup d'emplois dans le secteur industriel ( quelque 799 000) . Les compagnies sous-traitantes payent des impôts à l'état et cela lui permettait d'augmenter ses recettes; or, il ya aussi des désavantages et ils sont aussi nombreux que les avantages: il peut très dangereux , quand il existe des collusions entre le patronat et l'état haïtien dans le but d'exploiter les travailleurs haïtiens, la sous-traitance peut être très néfaste quand l'état haïtien ne défend pas la main d'oeuvre haïtienne face aux exploitations des compagnies sous-traitantes. Le phénomène de la sous-traitance peut être très avantageux pour l'économie haïtienne si le gouvernement sait, toutes fois, comment le gérer et surtout comment en tirer profit.

Haïti au sein de la CARICOM ( COMMUNAUTÉ CARAÏBÉENNE )

La communauté caraïbeene prit naissance en 1973, avec le traité de Chaguaramas. Dès sa création l'un des objectifs de CARICOM c'était de poser une assise solide pour une intégration régionale économique et même politique. De récents efforts ont été consolidés dans le but de concrétiser la seconde phase du tarif extérieur commun, un ensemble de droits de douanes valables pour tous les pays membres sur les produits non agricoles.

Les gouvernements de la communauté ont entamés des négociations visant la création d'éventuels pactes commerciaux avec les pays de l'Amérique du Sud. Les gouvernement de la communauté envisagent également d'ici l'an 2000 une intégration monétaire correspondant à la circulation parfaite des devises des pays membres . Tous les gouverneurs des banques centrales seront obligés d'adopter des mesures adéquates afin de faciliter la compatibilité des politiques macro-économique .

Haïti qui vient d'obtenir le statut de membres provisoire au sein de la CARICOM est obligé d'effectuer des réformes économiques , car les autres membres de la CARICOM ne veulent pas qu'une économie structurellement en crise vient déstabiliser le marché commun. L'économie haïtienne devrait se conformer aux reglements établis, si elle désire jouir de tous les avantages économiques. Seulement il faudra plus que des déclarations d'intentions pour qu' Haïti puisse améliorer sa situation économique.

Dans le marché commun, Haïti saura-t-il en tirer profit? Quels sont les enjeux et le opportunités qui s'offrent à Haïti? Dans un pays où le commerce gagne le pas sur l'agriculture , il sera très difficile pour le gouvernement haïtien de tirer profit.

Haïti et la Zone commune de libre échange de l'Amérique( ZLEA):

Le mois dernier à Santiago au Chili, les 35 chef d'État de l'Amérique ( Cuba exclu à cause de son regime communuste) se sont entendus pour créer une zone communne de libre échange de l'Amérique d'ici l'an 2005. Sûrement, le chef de l'état haïtien , M.René Préval ,était présent lors de cette entente. Est-ce qu'un petit comme Haïti peut-il en tirer profit ? Si oui, dans quelles ou à quelles conditions?

Il est évident que cette zone commune de libre échange aura une impact sur l'économie de tous les pays qui y participent. Haïti peut sans doutes en tirer profit pour le moins économiquement et même politiquement . Si Haïti fera parti de cette zone commune, les autorités haïtiennes seront obligés d'accroître la capacité de la production nationale surtout dans le secteur agro-alimentaire, les autorités seront obligés également d'offrir quelques produits pour l'exportation. L'inflation sera moins grande à cause de l'arrivée massive des autres produits étrangers sur le marché haïtien et parce que l'état réduira les frais douanières. Le coût de la vie sera baissée.

Cependant cette zone de libre échange donne naissance à d'autres problèmes: Les produits haïtiens seront assimilés par ceux d' extérieur,les Haïtiens abandonneront les produits haïtiens pour les autres produits en dépit du prix moins élevé de ces derniers. Ce marché commun, facilitera également le trafic de la drogue et plusieurs autres problèmes. Avant d'embarquer dans un tel projet l'état haïtien ferait mieux de balancer les bons et les mauvais côtés de cette zone commune .

Les réformes économiques en cours:

la privatisation:

Dans les années 60 à 70 , l'économie haïtienne dut faire face à une importance crise " la crise de l'investissements ". Les investisseurs privés ont cessé d'investir en Haïti ,à cause d'une instabilité politique et économique , ils n'osaient pas pas investir , car l'économie du pays représenta une grande risque. Pour remédier à cette situation l'état haïtien fut obligé d'investir ses propres capitaux dans les entreprises d'intérêt général et dans certains cas ,il nationalisait complètement.

Depuis les dernières décennies on assistait à l'inverse de cette phénomène: l'état veut privatiser les entreprise publiques, car ces entreprises représentait pour l'état haïtien une lourde fardeau fiscale. Dans certains cas , le gouvernement haïtien accuse des déficits a l'année longue ,le ciment et le minoterie d'Haïti en sont deux exemples typiques.Dans un contexte où: les entreprises publiques accusent de déficits, l'état est incapable de gérer ces entreprises, les entreprises ne peuvent même pas répondre aux besoins pour les quels , elles ont été crées .À mon avis, la privatisation s'impose. Mais dans quelles conditions? Et comment le faire?

On peut dire que la privatisation n'est pas la meilleure solution. On peut dire que l'état devrait plutôt améliorer la gestion de ces entreprises. Mais il faut comprendre que : l'état haïtien accuse de déficits budgétaires chaque année, la dette du pays est énorme ,le ratio de la dette est en courbe ascendante par rapport à la P.I.B . Et pour améliorer la gestion de ces entreprises l"état haïtien devra réinvestir de l'argent des sommes importantes, et actuellement d'après mes constations l'état haïtien ne peut pas se permettre d'investir de l'argent à cause de ses budgets déficitaires. Donc , la privatisation est la seul option logique qui s'offre à l'état haïtien. Mais dans quelles mesures ou dans quelles conditions la privatisation des entreprises publiques devra -t-elle se faire?¨Quelle la façon la rentable pour le peuple haïtien?

La privatisation des entreprises publiques doit se faire en consultation avec tous les économistes haïtiens. L'état ne devrait pas privatiser les entreprises complètement , cependant il peut donner la chance au secteur privé d'investir dans ces entreprises tout en gardant le contrôle , li serait très risqué que l'état haïtien vende une entreprise à part entière. Voilà une exemple qui illustre bien l'énoncé ci-haut: dans les années 90 , la privatisation s'imposait en Argentine, en dépit d'une réforme économique amorcée dans pays le gouvernement Argentin était obligé de privatiser certaines entreprises publiques , Une compagnie française achète complètement la compagnie argentine ". Après quelques mois , la compagnie française décida de fermer la compagnie en Argentine et force ainsi le pays à importer ses produits. On pourrait être victime de cette phénomène en Haïti. Comme la minoterie d'Haïti qui vient d'être acheté par le "continental grains" , il faut le mentionner ,la minoterie d'Haïti est spécialisée dans la fabrication de la farine. " continental grains" peut tout simplement décider de fermer la minoterie d'Haïti et force ainsi le gouvernement haïtien à importer ses propres farines. Vous pouvez imaginer les pertes d'emplois que cela occasionnerait .

Donc l'état devrait privatiser les entreprises , mais pas complètement ; il devrait inciter les investisseurs privés à investir dans les entreprises , cela veut dire qu'une partenariat sera possible entre l'état et les investisseurs privés .Cette partenariat , selon moi, est indispensable pour la rentabilité des entreprises publiques, et en même temps elle permettrait le déblocage de l'économie haïtienne. ce partenariat permeterait à l'Etat de creer des sociétés mixtes.Donc, Il faut que l'état haïtien analyse davantage la situation avant de privatiser les entreprises publiques. La privatisation est la meilleure solution , mais il faut que l'état le fasse avec modération.

La réforme agraire

Haïti escompte beaucoup sur le secteur agricole pour relancer son économie nationale. En fait, le secteur agricole est le seul secteur qui a du potentiel économique. Relancer l'économie haïtienne tout en misant sur l'agriculture n'est pas une chose facile. Surtout quand tous les paysans ne possèdent qu'une parcelle de terre à cultiver, surtout quand les propriétés foncieres appartiennent quasiment aux riches qui ne veulent pas cultiver la terre.

Pour remédier à ces problèmes l'état haïtien a pris un grand moyen " la réforme agraire". L'état propose d'acheter les propriétés des riches pour ensuite les redistribuer aux petits paysans qui vont les cultiver . Le gouvernement versera également des subventions aux cultivateurs Haïtiens. L'état leur fournira aussi de la capitale technique . En faisant toute cette réforme agraire, le gouvernement haïtien veut redonner au pays , sa vocation agricole qu'il avait avant son indépendance . La tâche est lourde et ardue, mais le gouvernement doit se serrer la ceinture et avancer vers l'avant avec sa réforme agraire. Cette réforme agraire a lieu surtout dans lavallée de l'Artibonite qui a tout le potentiel nécessaire pour relancer l'agriculture haïtienne et en même temps l'économie du pays.

la décentralisation :

Que veut dire exactement le mot" décentralisation". Actuellement toutes les activités économiques du pays sont dans la capitale nationale, Port-au-Prince. Les gens viennent s'empiler dans la capitale dans le but de trouver un emploi ou pour mieux dire une " vie meilleure".En l'occurrence Le gouvernement fait face à une surpopulation ,et le plus ironique de tout cela c'est que l'état est impuissant devant le problème. Pourquoi les gens viennent-ils s'empiller dans la capitale?

La réponse est simple: presque toutes les universités ,les écoles publiques ,les ports fonctinnels, les institutions publiques, se trouvent dans la capitale du pays. Donc pas étonnant que les gens viennent s'établir dans la capitale nationale. Port-au-prince et les zones périphériques constituent les endroits où se concentrent toutes les activités économiques. Les gens y viennent pour trouver une " vie meilleure " et en conséquence ils perdent leur vie. Le gouvernement propose de décentraliser cette métropole économique en transférant plusieurs services dans les autres départements géographiques. Mais l'état haïtien doive comprendre que pour faire ce genre de transfert il faut un consensus avec la masse populaire. En fait, la décentralisation n'est pas la pire solution, mais ce n'est pas la meilleure non plus. Il faut plutôt mettre en place un mécanisme qui peut créer des emplois dans les huit autres départements . Et pour amorcer un tel mécanisme il faut de l'argent , ou pour le moindre des ressources . Or, actuellement l'état haïtien connaît une période de déficit budgétaire . Alors où trouver cet argent? Faut-il emprunter à la FMI?

A mon avis, il est tout à fait illogique d'emprunter de l'argent dans le but de désengorger une capitale n'est pas une solution intelligente. La solution est très simple , il faut appliquer un principe très simple en education économique " utiliser les ressource disponibles" cela veut dire que l'état devrait plutôt développer le potentiel touristique de la région. Il devrait plutôt créer un climat favorable à l'investissement du secteur privé, c'est à dire un climat de stabilité politique, on devrait plutôt rassurer les investisseurs privés et les incitent à investir dans le pays. Il me semble évident que l'état haïtien ne sait même pas identifier leurs problèmes , l'un des principes fondamentaux en éducation économique. L'état ne s'aperçoit même pas qu'il fait face à une "crise d'investissement". Je ne veux pas éloigner du sujet : mais il y a un principe qu'on appelle en éducation économique les "théories du jeux " et on peut remarquer très bien que l'état haïtien est victime de ses propres jeux , si on connaît le principe de la " théorie du jeu "

L'économie haïtienne sous l'influence des grandes puissances :

Pendant les dernières années , on assista malheureusement à la mondialisation des macro-économique des pays. Les conséquences découlant de ce phénomène furent la création des grandes zones économiques et des périphériques . Parmi ces zones on peut trouver: le Japon, la Coré , la Chine et ses périphériques; les états-unis , le Canada, le Mexique et leur périphériques;finalement la France l'Angleterre , l'Allemagne et les autres pays d'Europe.

Ces zones économiques sont les principales centres économiques du monde. La république d'Haïti n'a pas évidemment échappée à ce phénomène . En réalité ,il faut qu'Haïti s'adapte à cette situation. L'état haïtien devrait exécuter les réformes que ces grand pays lui imposent . En fait, on peut dire que ce phénomène est en quelque sorte " la mondialisation de la pauvreté ".

Présentement , la république d'Haïti se trouve dans une situation de crise qu'on peut appeler " la double crise financière". D'un côté " la crise de production " l' autre côté la " crise de financement" . Mais il serait économiquement illogique de ne pas proposer des solutions , car les deux buts premiers d'un économiste , c'est identifier les problèmes économiques, trouver les causes, et ensuite proposer des solutions pratiques , dans ce projet nous avons déjà identifié les problèmes de la république d'Haïti , et nous avons trouvé les causes de ces problèmes , il nous reste juste à proposer des solutions aux autorités haïtiennes.


Des solutions pratiques au gouvernement haïtien:

légiférer des lois permettant la concurrence :

Dans certains secteurs , l'état contrôle tout ,si prends le secteur d'énergie et de la communication l'état contrôle presque tout , dans ces secteurs. Étant donné qu'une entreprise est crée pour répondre à un besoin, si cette entreprise ne peut pas répondre à ce besoin alors c'est quoi sa raison d'être?

L'état haïtien, pour améliorer la situation, doit légiférer des lois des lois permettant la concurrence dans certains secteurs du pays ,le secteur de la communication par exemple est rempli de possibilités pour les investisseurs privés, mais ils ne peuvent pas concurrencer l'état haïtien qui dispose le pouvoir de légiférer des lois empêchant la concurrence.

À mon avis, pour faire face à la "crise d'investissement " ,les autorités haïtiennes doivent légiférer des lois permettant toute concurrence.

Améliorer la gestion des entreprises publiques.

Certaines entreprises publiques représentent une lourde fardeau fiscale pour l'état haïtien. Et selon moi, la privatisation de ces entreprises n'est pas la meilleure solution, l'état devrait investir plus d'argent dans le but d'améliorer la gestion de ces entreprises. Par exemple l'EDH( électricité d'état d'Haït) produit près de 196 Megawatts chaque année, dans ces 196 Megawatts 27 sont volés par des pirates , près de 47 sont perdus par l'inefficacité du système pendant le transport. Alors l'état haïtien devra investir de l'argent pour engager des agents de sécurité pour empêcher le piratage et améliorer son système de transport pour éviter la perte de cette énergie.

Créer un climat favorable à l'investissement:

Dans un pays ou l'insécurité et l' instabilités politique règnent de façon permanente . Il est concevable que l'économie du pays en souffre également . L'état haïtien devrait mettre sur pied un climat politique plus stable , afin de favoriser l'intégration des compagnies étrangères . Il devrait créer également un climat de sécurité et moins risqué pour les investisseurs privés. Pour créer ce climat de sécurité il faudrait plus que des intentions politiques ou des déclarations spectaculaire devant les médias , mais il faut des actes concrets comme des peines plus sévères pour les bandits , les voleurs à mains armées surtout.

Mettre en place des infrastructures visant l'encadrement les cultivateurs haïtiens:

Dans un contexte économique aussi difficile , le gouvernement haïtien devrait mettre en place des infrastructures visant l'encadrement des cultivateurs haïtiens comme accorder des subventions , employer des agronomes afin d'instruire les cultivateurs sur la façon de cultiver la terre ou comment protéger cette terre. Fournir des outils nécessaires , et en plus permettre ces personnes d'utiliser les eaux des rivières sans payer des taxes .

L'état haïtien pourrait même employer des gens qui cultiverait la terre à son profit.Il devra faciliter surtout le transport des produits agricoles vers la capitale et favoriser l' intégration des produits haïtiens sur les marchés internationaux.

L'état haïtien devrait également donner des séances d'information aux cultivateurs haitiens en leur les différentes méthodes de cultiver la terre. L'état pourrait aussi taxer les grands commerçants haïtiens aux profits de l'agriculture . En un mot l'état devra consacrer une plus grande part de son budget au secteuragro-alimentaire.

Le gouvernement haïtien devra équilibrer son budget en réduisant les dépenses publiques :

Depuis bien des années , les gouvernements haïtiens n'ont jamais déposé un budget équilibré. Le mot " déficit"est un terme courant qui fait parti intégrante du décor naturel de l'économie haïtienne. L'état dépense beaucoup mais réalise peu. On devrait plutôt dire que l'état dépense inutilement . Dans un pays ou la pauvreté prenne de plus en plus une importance accrue, il ya des services qui ne sont point nécessaires , le ministère des femmes et le ministère du diaspora en sont deux exemples typiques . L'état haïtien pourrait bannir certains ministères et épargner ainsi quelques million de gourdes par année. L'état pourrait ensuite fusionner certains autres ministères: le ministère de l'éducation-le ministère des cultes ; le ministère des travaux publiques-ministère du plan; le ministère du commerce et de l'industrie- ministère de l'agriculture; le ministère de l'intérieur et le ministère de la justice. L'état devra faire de son mieux pour éliminer également les détournements des fonds publiques dans les ministère .

Tout comptes fait, si le gouvernement haïtien met en application les mesures ci hauts , il diminuerait presque de 1/3 de ses dépenses. Ensuite cet argent peut être investi dans l'industrie touristique et le secteur agricole. Si le gouvernement Préval amorçait le processus maintenant cela prendrait quelque dix ans pour améliorer la situation de l'économie haïtienne.


conclusion:

Depuis son indépendance Haïti n'a jamais connu un moment de paix dans sa vie politique . A cause de cette situation inconfortable , il règne un climat instabilité économique dans le pays cette instabilité économique et la répression politique font fuir les investisseurs étranger, par conséquent le pays se trouve dans une grave crise économique :celui de l'investissement . Ce manque d'investissement incite l'état à prendre le contrôle des entreprises d' intérêt générale dans le but d'assurer leurs survie .

Depuis cette crise le pays dépend grandement de l'aide extérieur . Les aides bilatéraux comme les aides multilatéraux font partis intégrante de l'économie haïtienne les aides ont prient tellement de l'importance que le mot aide devient un terme couramment employé par les économiste haïtiens . En effet , la pertinence d'une programme électorale s'identifie à sa capacité de recevoir l'aide de l'extérieur. Le pays tout entier était en crise totale.

Mais depuis l'instauration de la démocratie en Haïti un vent d'espoir souffle sur Haïti. Le pays amorce des réformes économiques dans le but d'améliorer l'économie du pays. La privatisation , le décentralisation , les réformes agraires , dimunition du ratio de la dette, sont présentement des termes courants dans l'économie haïtienne. Il faut dire que ,dans certains cas , ces réformes sont souvent controversées. Il faut mentionner également que ces réformes ont été imposées par les grandes puissances, en vue d'intégrer Haïti dans leur économie. Une intégration qui se fait graduellement d'ailleurs.

En tout cas , une chose est certaine: il existe une volonté de changement . La plupart des politiciens aimeraient que la situation s'améliorent, ils aimeraient voir qu'Haïti change de figure, ils ont la volonté de changer les choses, mais pour réussir ce changement il faut qu'ils fassent face à l'ingérence et l'impérialisme américaine. Il faut desobéir aux ordres de la C. I. A. Qui essaient de contrôler notre pays depuis longtemps. En terminant j'aimerais dire cette phrase aux autorités haïtienne : "il n'y pas de changement économique sans changement politique et vice versa.

Je vous remercie d'avoir cette analyse economique , et surtout de l'avoir compris, j'espère que ce projet vous a plu J'ai choisi de faire ce site sur l'économie haïtienne car c'est ma façon de dire : les choses doivent changer en Haïti; tous les haïtiens doivent pouvoir manger à leur faim et boire à leur soif; tant qu'il existe des haïtiens Haïti existera et tant qu'il y a une Haïti les haïtiens sauront toujours le diriger. En un mot , Haïti ne périra point.